Le président du Pérou observe un OVNI : Un bureau d'enquêtes est aussitôt créé

Updated: Apr 7, 2021

Inquiet face à la multiplication d'observations, le Pérou ouvre son bureau d’enquête d’OVNI.


Le 14 décembre 2001, un Cessna de la Direction générale de l'aéronautique chilienne survolant le Pérou se dirige vers Santiago. A son bord se trouve le gratin de l’aéronautique chilienne notamment le directeur général de l'aviation civile, le général de brigade aérienne et le directeur de la compagnie nationale. A 3h15, les deux pilotes et les passagers aperçoivent trois lumières rectangulaires vertes qui suivent l'avion pendant un quart d'heure.

Le colonel Salgado prend deux photos. L'équipage rédige un rapport officiel contresigné par tous les passagers. Ces informations sont partagées avec le Pérou.



Inquiète, la force aérienne péruvienne décide alors de créer un bureau d'enquête spécialisé sur les OVNIs : Oficina de Investigación de Fenómenos Anómalos Aeroespaciales (OIFAA). Afin de justifier l’ouverture de ce bureau d’enquête devant ses supérieurs, le commandant Julio Chamorro, qui en prendra la tête, invoque le chapitre XII de la Constitution qui établit le devoir de l'État de garantir la sécurité de la Nation à travers ses forces armées.

En plus de cette observation, un autre événement avait fait beaucoup parlé ce même mois de décembre 2001 : la vidéo d’un « vaisseau » gigantesque se tenant dans le ciel pendant près de 2 heures à Chulucanas, Piura. Julio Chamorro :  « Ce vaisseau ne faisait aucun bruit et ne bougeait pas. On pouvait voir sa structure et même des hublots ».


Le président péruvien témoin d’un OVNI


Une fois retraité, le commandant Chamorro avouera pourquoi l’organisme avait pu être créé aussi facilement avec l'appui d'Alberto Fujimori. Le président d'alors, avait également été témoin d’un OVNI. Le chef de l’État avait pour habitude d’utiliser un avion militaire afin d'aller pêcher sur le fleuve Amazone. Le 7 décembre 1991 à 21h00, pendant une de ces parties de pêche présidentielle dans la lagune de Charo, située dans la ville d'Iquitos en Amazonie péruvienne, une boule lumineuse est sortie de la rivière et a volé dans les airs. Fujimori et son équipe l'ont vu, mais n’ont rien dit à ce sujet par crainte du ridicule. cependant l'observation a été très commenté au sein de l'armée et de la classe politique péruvienne ce qui a permis de faire prendre conscience du sujet et de la nécessité de créer un organisme chargé de surveiller cette éventuelle menace. La décision a alors été prise d'ouvrir un bureau d’enquête sur les OVNIs afin de comprendre ces phénomènes.

Malheureusement, suite à des problèmes administratifs, l’OIFFA sera mis en sommeil par l’armée en 2005.


2013 : Face au nombre croissant d’observations, le bureau d'enquête rouvre


En 2013, de nombreuses observations d’OVNIs dans le ciel péruvien poussent l’armée à réveiller l’OIFAA, rebaptisé pour l’occasion Departamento de Investigación de Fenómenos Aéreos Anómalos (DIFFA).

Parmi ces observations, deux inquiètent les autorités alors que deux autres interpellent la population.


1. Le 21 mai 2007 vers 8h20, une flottille d'OVNIs sphériques survolent la ville de Lima. L’équipe de télévision ATV a pu filmer cette étonnante flotte en formations pendant une demi heure. Le film est diffusé sur une chaîne de télévision nationale. L'armée de l'air péruvienne confirme officiellement les faits et commence à réfléchir sérieusement à la ré-ouverture de l’OIFAA.



2. Après l’armée, c’est au tour du monde politique de prendre conscience du problème. En 2012, toute la délégation d’un ministre péruvien en visite dans la jungle péruvienne, observe un OVNI naviguer au-dessus de leurs têtes. Les témoignages de cette observation fera le tour de la classe politique qui prend alors la mesure de cet inquiétant phénomène.


Barthélémy D'Ans, président de l'Institut péruvien d'astronomie déclarera : « Les gens voient des choses et s'inquiètent, ils veulent des réponses ».


Grace à l’avènement des cameras pour les particuliers, la population aussi a pu prendre part à ces observations d’OVNIs. Deux d’entre elles alerteront la population.


1. En 2013 à Huanuco à proximité du site archéologique précolombien de Kotosh, les habitants ont accumulé les témoignages vidéo de sphères lumineuses qui apparaissent de manière inexpliquée et qui se promènent dans le ciel.




2. Une autre observation filmée fera le tour des médias péruvien : L’OVNI de La Molina. On aperçoit sur la vidéo un tube cylindrique se déplacer dans le ciel. Aucune explications rationnelles n’a pu être trouvé par les autorités pour cette observation.


Face à toutes ces interrogations, la Réouverture de la DIFFA est alors toute légitime. La DIFAA est alors chargée de centraliser au niveau national les informations sur ces phénomènes détectés afin de veiller à la souveraineté et à la défense de l'espace aérien péruvien. En plus de l’organisme d’enquête sur les OVNIs, l’armée décide également de s'adjoindre un comité consultatif, constitué de huit civils spécialisés dans différents domaines : un mathématicien, un sociologue, un philosophe, un archéologue…


Avec tant de phénomènes inexpliqués, le Pérou se dote à son tour d'un organisme chargé d’enquêter sur les OVNIs comparable à ceux qui sont déjà actifs en France, en Angleterre, en Argentine, au Chili ou encore en Equateur. La thématique OVNI est beaucoup moins tabou dans les pays sud-américain où le sujet, fréquemment abordé dans les médias, fascine et interroge. Comme le résume si bien une célèbre soucoupiste péruvienne : « Si un américain observe un OVNI, il va prendre peur et se cacher. Si un péruvien observe un OVNI, il va sortir deux bières en espérant que l’extraterrestre vienne boire un verre et discuter. »

0 views0 comments