2017-2021 : Comment l'armée US a dû reconnaître l'existence d'OVNIs

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

De 2017 à 2020, le monde soucoupiste a vécu des révélations extraordinaires sur l'existence d'OVNIs. Tout a commencé avec la divulgation par des médias majeurs américains de vidéos d'OVNIs filmés par des avions de chasse de l'armée américaine. En plus de ces vidéos, ces médias ont publié des preuves de l'existence d'un programme militaire secret d'enquête sur les OVNIs. Son ancien directeur, Luis Elizondo, a témoigné publiquement se répandant dans les médias afin d'alerter l'opinion sur l'éventualité d'une vie extraterrestre. Mis sous pression face à cette vague médiatique et l'accumulation de preuves, l'armée américaine a dû confirmer l'existence d'un programme d'enquête sur les OVNIs. Retour sur ces trois années qui ont marqué un tournant pour l'Histoire soucoupiste et...pour l'humanité.




Le programme secret


L’AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Programme) est un programme avancé secret d’identification des menaces aérospatiales financé par le Ministère de la défense américaine de 2007 à 2012. Le programme a été doté d'un budget de 22 millions de dollars sur une période de 5 ans. A l’origine du projet se trouve le Sénateur Harry Reid qui croit aux OVNIs. En janvier 2019, grâce au "Fredom of Information Act" (Loi sur le droit à l’information qui oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents), la Defense Intelligence Agency (DIA), a publié une liste de 38 programmes de recherches effectuées par l’AATIP (Consultable ici) via l’entreprise Bigelow Aerospace.

Parmi la quarantaine d'études financées, se trouvent des projets traitant de nombreux domaines allant des capes d'invisibilité aux armes laser, en passant par des travaux plus généraux de physique et de science des matériaux avancés. Tous les sujets traités ont un dénominateur commun : les OVNIs. Le rapport sur l'état actuel de la science sur la cape d'invisibilité ont par exemple servi à savoir si un objet volant disparaissant instantanément pouvait être de fabrication humaine. Plus intéressant est la lettre d’accompagnement du DIA qui confirme que : "Le but de l'AATIP était d'enquêter sur les menaces d'armes aérospatiales avancées étrangères présentes et futures".


Le programme aurait rédigé un rapport de 490 pages dont certains documents ont depuis fuité. Parmi eux, les 3 vidéos d’OVNIs filmés par des avions de chasse américains ou le rapport de l’enquête sur l’incident du Nimitz (Un OVNI en forme de Tic Tac a été pourchassé par un pilote de la marine américaine alors qu'un second pilote a réussi à le filmer). Le pilote de chasse David Fravor, qui a eu un contact visuel avec le Tic Tac, a confirmé dans une interview qu’il avait dû répondre aux questions de l’AATIP qui enquêtait sur l'incident.



La presse s'en mêle

En 2017, le New-York Times et Politico, preuves à l’appui, révèlent l'existence de ce programme secret et qu'il aurait perduré au-delà de 2012. Entre alors en jeu l'officier de renseignement Luis Elizondo. Démissionnaire de son poste de directeur de l’AATIP qu’il dirigea durant 7 ans, il était en conflit avec sa hiérarchie estimant que malgré des preuves accablantes d’OVNIs potentiellement extraterrestres, la menace n’était pas prise en compte voire même ignorée ou bloquée par des responsables de la sécurité américaine. Il rejoint alors l’entreprise privée spécialisée dans la promotion de la recherche sur les OVNIs à des fins scientifiques et de divertissement : To the stars... Academy. Il peut s’occuper pleinement de la "divulgation" au grand public de l’existence d’OVNIs. Avec l'un de ses associé de To the stars Academy, Christopher Mellon, ancien sous-secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement, Elizondo collabore avec le New-York Times et Politico. Avec leur aide, les journalistes obtiennent des témoignages, des documents et les fameuses 3 vidéos d’OVNIs. Luis Elizondo fait alors la tournée des médias affirmant que des matériaux extraterrestres ont été récupérés et qu'il y avait"des preuves très convaincantes sur le fait que nous n'étions peut-être pas seuls dans l'univers".



La lettre de démission d'Elizondo

L'armée n'a plus le choix


Mis sous pression par cette vague médiatique, le porte-parole du Pentagone finit par confirmer en décembre 2017, l’existence du programme AATIP depuis 2007 dont le but était de collecter et d'analyser un large éventail de "menaces aérospatiales anormales" allant des avions avancés mis en service par des adversaires américains traditionnels aux drones commerciaux en passant par d'éventuels extraterrestres. Le Pentagon authentifie également les 3 vidéos diffusées dans la presse en confirmant que ce sont bien leurs avions qui ont filmé ces PAN (Phénomènes Aériens Non-identifiés) et que les militaires étaient dans l’incapacité d'expliquer ce qu'étaient ces objets. Suite à cette reconnaissance publique, la Marine a mis à jour en 2019 ses protocoles afin que ses pilotes témoins d'OVNIs puissent officiellement les signaler sans craindre d'être moqués ou freinés dans leur progression professionnelle. Pour le monde soucoupiste, le fait que l'armée reconnaisse officiellement un groupe d'enquête sur les OVNIs et mette en place un protocole de signalements d'observations d'OVNIs par ses pilotes signifie...la reconnaissance officielle par un état que les OVNIs existent bien. Extraterrestre ou non, cela reste un autre débat.



La recherche d'OVNIs devient public


En juin 2020, le Sénat américain propose d'encadrer et réguler les activités de la cellule du Pentagone qui jusqu'à présent étudiait les OVNIs sans aucun contrôle politique. Le Sénat souhaite vérifier la bonne utilisation des impôts des citoyens américains et informer le public sur l'avancement des recherches. La chambre haute du Congrès pense que les diverses branches du renseignement américain devraient partager leurs informations sur les OVNIs. Un amendement au projet de loi de finance 2021 est déposé par la commission du Renseignement du Sénat et sera adopté.


La cellule de recherche d'OVNIs prend alors le nom d'Unidentified Aerial Phenomena Task Force (UAPTF). Elle est directement rattachée au bureau du renseignement naval de l'armée américaine sous la responsabilité de David Norquist, secrétaire adjoint à la défense (N°2 du Ministère). Elle a pour mission d'"harmoniser la collecte d'infos et les rapports sur les PAN, d'étudier leurs liens potentiels avec des gouvernements adversaires et les menaces qu'ils posent aux équipements et aux édifices de l'armée US". Un rapport de l'UAPTF doit être présenté tous les 180 jours. Le premier rapport a été rédigé en juin 2021.


"Ces véhicules n'ont pas été fabriqués sur Terre"

En juillet 2020, le New York Times continue de publier ses enquêtes. Le journal révèle des informations selon lesquelles le Département de la Défense aurait été briefé sur des "véhicules qui n'ont pas été fabriqués sur Terre".

Eric Davis, un astrophysicien travaillant comme consultant du Pentagone affirme que les spécialistes n'avaient pas réussi à déterminer d'où provenaient certains matériaux retrouvés à l'occasion de crash. Il conclut : "Nous ne pouvons les avoir faits nous-même".


Harry Reid, élu du Nevada (qui croit aux OVNIs extraterrestres) a lu le rapport secret de 490 pages de l'AATIP et a déclaré que le rapport : "Évoque des observations similaires d'OVNIs dans le monde entier, des OVNIs portant atteintes à la sécurité des installations nucléaires américaines et qu'il est très important que des informations à propos de la découverte de matériaux physiques ou d'appareils soient rendues publiques. Après avoir examiné la question, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il existait des rapports, certains substantiels d'autres un peu moins, qui mentionnaient le fait que le gouvernement et le secteur privé détenaient bel et bien des matériaux".





Marco Rubio, membre du comité du Renseignement au Sénat déclarait : "Nous avons ces choses qui volent au-dessus de nos bases où nous réalisons des exercices militaires, et nous ne savons pas ce que c’est". Le sénateur poursuit : "Je dirais que si c'est quelque chose qui ne vient pas de cette planète, cela serait mieux plutôt qu'un bond technologique des Chinois, des Russes, ou d'un autre adversaire qui leur permet de réaliser ce type d'activités".


Le 28 juillet 2020 interrogé par Fox News, le Ministère de la Défense déclare :"Nous prenons au sérieux toute incursion d'aéronef non autorisé dans nos champs d'entraînement ou notre espace aérien désigné. Cela inclut les phénomènes aériens non identifiés lorsque l'observateur ne peut pas identifier ce qu'il observe."

Le porte-parole du Ministère poursuit : "Je peux dire que le département est en train de créer un groupe de travail (UAPTF) pour acquérir des connaissances et avoir un aperçu de la nature et des origines des PANs, ainsi que de leurs opérations, capacités, performances et/ou signatures. La mission du groupe de travail sera de détecter, analyser, cataloguer, consolider et exploiter les véhicules aérospatiaux/PANs qui constituent une menace opérationnelle pour la sécurité nationale des USA et éviter les surprises stratégiques".


Un communiqué du Pentagone d'août 2020 reconnaît officiellement le programme en précisant que : "La mission du groupe de travail est de détecter, analyser et cataloguer les PAN (Phénomènes aériens non identifiés) qui pourraient potentiellement constituer une menace pour les États-Unis". L'armée reconnaît officiellement l'existence d'Objets Volants Non-Identifiés.



La divulgation est possible


Ces événements ont permis de démontrer que lorsque des lanceurs d'alertes comme Luis Elizondo s'expriment publiquement, cela permet aux médias et aux pouvoirs politiques de poser des questions à l'administration et d'exiger des réponses. Avec l’aide des médias et de certains pouvoirs politiques, des informations classées secret défense (vidéos, rapports, témoignages, enquêtes) peuvent devenir publiques. Certains évoquent la possibilité que Luis Elizondo soit toujours un employé du Pentagone dont le but secret serait de parler d'OVNIs afin de dissimuler des projets secrets américains. Pour d'autres, les États-Unis auraient décidé de révéler étape par étape l'existence d'OVNIs extraterrestres. L'entreprise To the stars academy aurait été choisie afin d’appliquer cette divulgation. Une chose est maintenant certaine : Les États-Unis continuent d'enquêter sur les OVNIs qui survolent leur sol.


Le partie publique de ce rapport a été diffusé le 25 juin 2021. Vous pouvez le consultez ici :

La partie classée confidentielle qui fait 70 pages et 14 vidéos, a été présentée aux sénateurs. L'un d'eux déclarera anonymement : "Ce que nous avions, c'était 40 minutes de films de science-fiction, nous étions tous abasourdis."

Rapport pour le Sénat : Oui, les OVNIS existent


Les OVNIs existent, c'est maintenant une vérité établie. Ces OVNIs sont-ils extraterrestres ? Les capacités technologiques de ces objets dépassent depuis des décennies toutes nos connaissances actuelles et défient les lois de notre physique. Si tous les documents secrets des États-Unis et du monde entier pouvaient être déclassifiés, la réponse à la question serait évidente. Dans une société de plus en plus transparente, il sera de plus en plus difficile d'entretenir la culture du secret sur la thématique OVNI. La divulgation est en marche...










652 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout