L'interview du pilote de chasse qui a filmé l'OVNI de l'incident du Nimitz

Dernière mise à jour : 1 juil. 2021

Chad Underwood est le pilote de chasse de la marine américaine qui a filmé en 2004 un OVNI se comportant "de manière erratique" en altitude au dessus de l'océan pacifique. Il a pu enregistré l'objet blanc de forme oblong, qu'il a surnommé le "Tic Tac", à partir de la caméra infrarouge de son F/A-18 Super Hornet. Cet événement a eu lieu lors d'exercices militaires d'un groupe aéronaval au large de San Diego. Chad Underwood a pu filmer l'OVNI après qu'une première équipe d'avions de chasse, dirigée par le Commandant David Fravor aie pu avoir un contact visuel. La vidéo de cet incident, ainsi que 2 autres vidéos d'autres incidents ont fuité dans le milieu aéronaval et soucoupiste à partir de 2007.



Chad Underwood : Pilote de chasse qui a filmé le Tic Tac

En 2017, l'affaire a fait la Une des médias américains lorsque le New-York Times a consacré une enquête sur les vidéos et a obtenu des témoignages de militaires ayant vécu cet incident. Le New-York Times a également publié des preuves qu'un programme secret du Pentagon analysant et traitant des OVNIs survolant le territoire américain (ATTIP) avait bien existé et que le programme était toujours en activité aujourd'hui sous un autre nom (UAPTF). Cela a été depuis confirmé par le Pentagon.



Après 15 ans de silence, Chad Underwood, s'est confié au New-York Magazine. Après avoir quitté l'armée, l'ancien pilote de chasse s'est reconverti dans un premier temps en instructeur de vol puis a intégré l'industrie aérospatiale civile. S'il n'a pas voulu témoigner avant, c'est parce qu’il ne souhaite pas que son nom soit "associé aux obsédés des petits hommes verts".



Son témoignage : "Ce jour-là, Dave Fravor (qui venait de voir l'OVNI) atterrissait en même temps que j'enfilais mon équipement. (...) Je lui ai dit : "The Princeton" rapporte qu'il y a un objet là-haut et il veut que nous le trouvions et que nous le suivions. Dave Fravor me dit alors : "Hé, mec. BOLO". Comme, soyez à l'affût de quelque chose de bizarre. Nous allons là où se trouve notre zone d'action désignée. (...) Et tout d'un coup, j'ai eu ce bip sur mon radar."


Le pilote admet ne pas l'avoir vu de ses propres yeux : "Non, j'étais concentré sur l'ATFLIR (caméra infrarouge). Il était à moins de 20 miles marins (40 KM). Donc, à ce moment-là, je n’ai rien vu de mes propres yeux. J'étais soucieux de le suivre, de m'assurer que la bande vidéo était en place pour que je puisse ramener quelque chose au vaisseau afin que les gens du renseignement puissent disséquer tout ce que j'avais capturé."


Puis Underwood évoque des mouvements défiant toutes les lois de la physique : "Ce qui m'a le plus marqué, c'est son comportement erratique. Et ce que j’entends par "erratique", c’est que ses changements d’altitude, de vitesse et d’aspect étaient tout simplement différents de tout ce que j’avais déjà rencontré. Il se comportait simplement d’une manière qui n’était pas possible avec nos lois habituelles de physique. C’est ce qui a attiré mon attention. Parce que les aéronefs, qu’ils soient avec ou sans pilote, doivent de toute manière obéir aux lois de la physique. Ils doivent avoir une source de portance et une source de propulsion. Le Tic Tac ne faisait pas cela. Il allait de 50 000 pieds (15 000 m) à 100 pieds (30 m) en quelques secondes, ce qui est impossible."


Le pilote poursuit : "C'était la chose qui m'intéressait le plus : à quel point cette chose était erratique. S'il obéissait à la physique comme un objet normal que vous rencontrez dans le ciel comme un avion, un missile de croisière ou un projet secret du gouvernement, cela aurait eu plus de sens pour moi. Ce qui a attiré notre attention était la façon dont il se comportait, en dehors des lois normales de la physique."


"Sur la vidéo, normalement, vous devriez voir des moteurs émettre un panache de chaleur. Cet objet ne faisait pas cela. La vidéo montre une source de chaleur, mais les signatures normales d'un panache d'échappement n'étaient pas là. Il n'y avait aucun signe de propulsion. On ne voyait pas ce que la caméra infrarouge doit nous montrer à chaque fois : la source de chaleur et d'échappement qu'un objet normal volant donne. Cela n'avait pas de sens."



La vidéo (intitulée FLIR1) filmée par le pilote Chad Underwood qui a fuité dans la presse



Underwood écarte la thèse d'oiseaux et anticipe celle de ballons météorologiques : "Les oiseaux volent normalement près de la surface du sol. Vous n'allez pas voir des oiseaux voler à 5 000 pieds (1500 m) mais plus bas à 2000 pieds (600 m) et moins. Et puis généralement ils volent en groupe."

"Il y a des ballons météo que les gens lancent, mais ce n'était pas un ballon météo parce qu'un ballon monte et flotte de basse à haute altitude, il ne se comporte pas de manière erratique." "Ce n’était probablement pas non plus un essai secret d'un nouveau prototype d'aéronef de l'armée américaine car le protocole se doit d'en informer le pilote sans lui donner tous les détails. De plus, un employé du NORAD (Le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord dont la mission est la surveillance de l'espace aérien nord-américain) a contacté aussitôt l'USS Nimitz afin d'obtenir un compte rendu détaillé de ce que j'avais observé."

Il complète : "20 minutes après mon retour sur le porte-avion, alors que j'étais encore en tenue de vol, j'ai parlé à quelqu'un qui était du NORAD. Par contre, je n'ai jamais été débriefé par ma hiérarchie. Normalement, si vous voyez quelque chose au milieu de l'océan qui est un projet de test, nous faisons un compte rendu, en tête-à-tête, dans une pièce sombre avec les employés de la base aérienne d'Edwards (base de test pour les nouveaux avions militaires américains et projets spatiaux). Ils m'auraient expliqué que j'avais vu un de leur projet en test et que je ne devais en parler à personne". Ça n'a pas été le cas, ce qui me porte à penser que ce n'était pas un projet gouvernemental. Vous savez, j’avais des autorisations top-secrètes donc j'aurais pu en être informé. Après il est vrai que pour avoir l’autorisation de savoir quelque chose, vous devez avoir à la fois l’autorisation, ce que j'avais et le "besoin de le savoir". Et s'il s'agissait d'un projet gouvernemental, je n'avais en effet pas besoin de le savoir."


Underwood revient sur les multiples interviews données par son commandant de l'époque, le chef d'escadron David Fravor : "Tout ce que Dave a dit dans les interviews est absolument, à 100%, exactement ce qui s'est passé ce jour-là. Et, je suppose que c'est à ce moment-là que le Pentagone a créé le projet Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP : groupe d'enquête secrète financé par le gouvernement des États-Unis visant à étudier des objets volants non identifiés).


Articles reliés au sujet :














Retrouvez ci-dessous l'interview complète de Chad Underwood traduite en français par nos soins et l'interview complète en anglais réalisée par le New-York Magazine.


Interview réalisée le 19 décembre 2019 par le New-York Magazine du pilote de chasse de la marine américaine qui a filmé un OVNI en 2004.


Chad Underwood au New York Magazine : "Ce jour-là, Dave Fravor atterrissait en même temps que j'enfilais mon équipement, et nous nous sommes croisés juste après l'avoir vu. Je ne veux vraiment pas entrer dans ce que Dave a vu, en particulier parce que je ne l'ai pas vu avec mes propres globes oculaires. Mais je lui ai dit, "The Princeton" rapporte qu'il y a un objet là-bas qu'il voulait que nous voyions si nous pouvons le trouver et, si nous sommes capables de le suivre. Dave Fravor était comme: "Hé, mec. BOLO". Comme, soyez à l'affût de quelque chose de bizarre. Je ne me souviens plus des termes exacts qu’il a utilisé. Donc, nous allons là où se trouve notre zone d'entraînement désignée. Nous ne cherchons pas forcément quelque chose, mais le Princeton avait un objet spécifique qu’il voulait que nous chassions, faute d’un meilleur mot. Et tout d'un coup, j'ai eu ce bip sur mon radar.



N-Y Magazine : Est-ce que ce nom (Tic-Tac) a été donné en fonction de ce que vous avez vu de vos propres yeux ou en regardant l'écran de la caméra?


Underwood : "Non, j'étais concentré sur l'ATFLIR. Il était à l'intérieur de 20 miles. Vous n'allez pas le voir de vos propres yeux avant probablement 10 miles, puis vous ne pourrez pas le suivre visuellement jusqu'à ce que vous soyez probablement à moins de cinq miles, c'est là que Dave Fravor a dit qu'il avait vu il. Donc, à ce moment-là, je n’ai rien vu avec mes yeux. J'étais plus soucieux de le suivre, de m'assurer que la bande vidéo était en place pour que je puisse ramener quelque chose au vaisseau, afin que les gens du renseignement puissent disséquer tout ce que j'avais capturé."


"Il se comportait simplement d’une manière qui n’était pas selon les lois de la physique."

"Ce qui m'a le plus marqué, c'est son comportement erratique. Et ce que j’entends par erratique, c’est que ses changements d’altitude, de vitesse et d’aspect étaient tout simplement différents de ce que j’ai jamais rencontré avant de voler contre d’autres cibles aériennes. Il se comportait simplement d’une manière qui n’était pas physiquement normale. C’est ce qui a attiré mon attention. Parce que les aéronefs, qu’ils soient avec ou sans pilote, doivent encore obéir aux lois de la physique. Ils doivent avoir une source de portance, une source de propulsion. Le Tic Tac ne faisait pas cela. Il allait de 50 000 pieds à, vous savez, cent pieds en quelques secondes, ce qui n'est pas possible."



N-Y Magazine : Et il faisait ça aussi pendant votre rencontre?


Underwood : "Oui. C'était la chose qui m'intéressait le plus : à quel point cette chose était erratique. S'il obéissait à la physique comme un objet normal que vous rencontrez dans le ciel comme un avion, un missile de croisière ou un projet secret du gouvernement, cela aurait eu plus de sens pour moi. La partie qui a attiré notre attention était la façon dont il ne se comportait qui n'étaient pas dans les lois normales de la physique."



N-Y Magazine : En regardant la vidéo à l'époque et plus récemment, avez-vous une idée de la quantité de chaleur dégagée par cette chose?


Underwood : "Eh bien, normalement, vous verriez des moteurs émettre un panache de chaleur. Cet objet ne faisait pas cela. La vidéo montre une source de chaleur, mais les signatures normales d'un panache d'échappement n'étaient pas là. Il n'y avait aucun signe de propulsion. Vous ne pouviez pas voir la chose que le pod ATFLIR devrait capter 100% du temps: la source de chaleur et d'échappement qu'un objet normal volant vous donnerait. Cela n'a pas de sens."



N-Y Magazine : En effet.


Underwood : "Comme il n'y avait aucune méthode de propulsion ou d'échappement, c'est ce qui m'a fait lever les sourcils et me dire: D'accord, là c'est intéressant."



N-Y Magazine : Ce qui se passe dans la vidéo est un peu ambigu.


Underwood : "Ouais. Et cette partie est frustrante, parce que je ne peux pas confirmer que l’objet a accéléré de manière agressive vers la gauche. Mais j'ai mes sentiments, basés sur mon expérience avec mon équipement et aussi juste de la logique, quand il s'agit, vous savez, de physique."

"Impossible que cela soit des oiseaux ou un ballon météo"

N-Y Magazine : Je voudrais vous poser quelques questions basées sur les théories avancées par les sceptiques américains - par exemple s’il s’agissait d’oiseaux ou s’il s’agissait d’une sorte d’événement météorologique thermique. Je veux dire, je suis sûr que vous avez eu suffisamment de temps de vol pour avoir vu des oiseaux ?

Underwood : "Ouaip. Les oiseaux volent normalement près de la surface du sol. Ainsi, par exemple, vous n'allez pas voir des oiseaux voler à 5 000 pieds. Vous allez les voir plus bas à 2000 pieds et moins, comme à la surface. C'est comme ça que les oiseaux fonctionnent normalement. Et ils ne sont généralement pas seuls. Vous pouvez donc les voir physiquement, dans un groupe. Vous ne voyez pas d’oiseaux à 5 000, 10 000 ou 20 000 pieds. Ce n’est tout simplement pas ainsi que fonctionnent les oiseaux. Les oiseaux sont donc hors de question." "Et j'anticipe sur votre prochaine question : il y a des ballons météo que les gens lancent, mais ce n'était pas un ballon météo, parce qu'un ballon, il monte et flotte de basse à haute altitude, il ne se comporte pas de manière erratique. Je veux dire, c’est juste un ballon. C'était donc hors de question. "Ce n’était pas - à ma connaissance - un missile de croisière ou tout autre type d’avion d’essai dont nous n’aurions peut-être pas eu connaissance, simplement à cause de son comportement. Comme je l'ai dit, c'était juste très erratique. Il allait d'environ 50 pieds au-dessus du sol, ce qui, lorsque vous êtes en pleine mer, vous savez, au large de San Diego, on aurait dit qu'il planait juste au-dessus de l'eau. Mais il n'y avait aucune méthode de propulsion qui le maintenait dans les airs : pas d'ailes, pas de chaleur, pour le maintenir en vol ou en altitude."

N-Y Magazine : Avez-vous déjà observé un événement météorologique sur un ATFLIR ?

Underwood : "Je dirais que si j'ai capturé cet objet sur mes capteurs indépendamment, comme si j'étais le seul à le voir ou à le suivre, je l'aurais peut-être considéré comme un événement météorologique. Mais le nombre de personnes et de capteurs d'autres sources indépendantes qui l'ont observé - étant donné que Dave Fravor l'a vu, et une heure et demie plus tard, je suis sorti et je l'ai aussi vu, nous avons tous observé le même objet avec la même description. ce qui me mène à croire qu'un événement météorologique serait peu probable."

N-Y Magazine : Cela vous a-t-il surpris ou cela vous a-t-il procuré un quelconque soulagement en voyant la marine déclarer officiellement dan le Washington Post en septembre dernier que la vidéo Tic Tac était authentique et que c'était un véritable PAN (Phénomène aérien non identifié).

Underwood : "Non, pas surpris. Mais une validation à coup sûr."



N-Y Magazine : Ce serait peut-être le bon moment pour nous parler de l'ambiance sur le Nimitz après tout cela.

Underwood : "Une fois que j'ai atterri, j'ai vu un de mes copains de mon escadron. Il a dit: «Hé, avez-vous vu quelque chose là-bas aussi?». D'une manière très plaisante. Et je me suis dit: "En fait, puisque je sais que vous voulez vous moquer de moi, je l'ai ici en vidéo." Nous insérons les bandes dans la machine de lecture. Je me dis: "Ici, c'est ici que c'est." L'extrait que vous voyez de mon enregistrement FLIR a été emmené au centre de renseignement. Ce qu’ils en font à partir de là, cela ne m’intéresse pas." "Alors que j'étais encore dans ma tenue de vol, environ 20 minutes après mon retour, j'ai parlé à quelqu'un qui, je suppose, était du NORAD. Je l'ai décrit exactement comme je viens de vous le dire. Je n’ai pas été débriefé. La chose intéressante est que normalement, si vous voyez quelque chose au milieu de l'océan qui est un projet de test, nous en ferions un compte rendu, en tête-à-tête, dans une pièce sombre avec les employés de la base aérienne d'Edwards et ils vous diraient : «Hé, oui, nous testions un projet. C'est ce que tu as vu. Sans entrer dans les détails, ce sera comme: «Oui. Il s’agit du projet machin ”et, en gros,“ Voici ce que vous avez vu. N'en parlez pas. » Cela ne s'est jamais produit, ce qui me porte à penser que ce n'était pas un projet gouvernemental."

"Vous savez, j'ai une autorisation top-secrète avec une tonne d'autorisations de projets spéciaux."

N-Y Magazine : Ou, du moins, pas un...

Underwood : "Pas un dont ils voulaient donner la moindre indication. Vous savez, j'ai une autorisation top-secrète avec une tonne d'autorisations de projets spéciaux. Donc, ce n’est pas comme si je n’avais pas été autorisé à le savoir. Mais, comme je suis sûr que vous l’avez trouvé dans vos recherches, pour avoir l’autorisation de savoir quelque chose, vous devez avoir à la fois l’autorisation et vous devez avoir le «besoin de le savoir». Et, clairement, quoi que ce soit, s'il s'agissait d'un projet gouvernemental, je n'avais pas besoin de le savoir".



N-Y Magazine : Voici quelque chose qui m'intéresse, à cause de cet aspect du NORAD : est-il apparu que ce compte rendu téléphonique était peut-être impliqué dans quelque chose appelé un rapport d'incident d'événement opérationnel ou le système de rapport OPREP-3 du NORAD ?

Underwood : "Honnêtement, Matt, je n'en ai aucune idée. Je ne sais même pas quel était le niveau de la hiérarchie à qui j'ai parlé au téléphone. Je voulais juste leur répondre. On m'a simplement remis un téléphone et dit : Hé. Répondez à ces questions."

N-Y Magazine : Entre cet événement et l'interview en public de Fravor, il y a une période de plusieurs années où c’était juste un événement. Est-ce que le sujet est ressorti entre ces deux périodes ?

Underwood : "Il y a eu des allusions oui. Par exemple, j'étais assis à déjeuner cinq ans plus tard avec certains de mes collègues. Les rumeurs ont tendance à se répandre. On m'a demandé : Hé, tu étais sur le Nimitz en 2004. Quelqu'un m'a parlé d'un vaisseau spatial extraterrestre. Et j'ai répondu: "Eh bien, la vidéo que vous voyez est ma vidéo. Et non, je n’ai jamais dit ce que je pensais ce que c'était ou je n’ai jamais spéculé sur ce que je pensais ce que c'était. Ce n’est pas mon trav