Les 8 fois où les USA ont enquêté sur les OVNIs

Dernière mise à jour : avr. 7

Publiquement ou secrètement, de nombreux programmes ont existé afin d'enquêter sur le phénomène OVNI ou sur l'existence potentielle de vie extraterrestre. Les conclusions des rapports rédigés par des commissions publiques doutent de l'existence des OVNIs. Les groupes de recherches secrets, eux, sont moins catégorique...




1. Project Sign and Grudge : 1948-1951


En 1948 le projet SIGN est né. Dirigé par le Commandant Sneider, il est composé essentiellement de consultants scientifiques. Son premier rapport conclut que les OVNIs ne sont pas d'origines extraterrestre et qu'ils ne représentent pas une menace pour la sécurité des États-Unis. Assez rapidement, l'opinion d'une partie des consultants scientifiques évolue et envisagent l'hypothèse extraterrestre qui sera mis par écrit dans le rapport Estimate of the Situation. L'armée va le refuser et le détruire car il concluait que face aux performances aériennes exceptionnelles effectuées par les OVNIs, l'explication la plus probable serait celle d'une origine extraterrestre. Le Pentagone publiera son propre rapport Estimate of the Situation qui explique que les OVNIs observés étaient des phénomènes non réels ou des technologies soviétiques. Le projet Sign fut aussitôt dissous et remplacé par le projet Grudge.


Le projet Grudge est alors uniquement composé de scientifiques ne croyant pas l'hypothèse extraterrestre. Son but aurait été de contredire les conclusions du rapport Sign afin de repousser toute hypothèse extraterrestre. Le rapport conclut en août 1949 que : "Toutes les analyses indiquent que les observations d'OVNI résultent d'une méprise avec des objets conventionnels, d'une forme d'hystérie collective, d'individus qui inventent ces observations ou de personnes atteintes de troubles psychiatriques".

A la suite de ce rapport, le projet Grudge sera mis en sommeil avant sa réactivation en 1951 puis prendra le nom de Project Blue Book.


2. Project Blue Book : 1952-1969


Le programme de l'US Air Force a mené une série d'études entre 1952 et 1969 pour déterminer si les OVNIS pouvaient nuire à la sécurité nationale. Plus de 10 000 de ces dossiers sont disponibles sur Internet Archive. Les enquêteurs ont recueilli plus de 12 000 observations et les ont classées comme "identifiées" ou "non identifiées". Cette seconde catégorie représentait environ 6% du nombre total de cas signalés.

Josef Allen Hynek est astronome. Il est célèbre pour avoir été conseiller scientifique du projet Blue Book entre 1951 et 1969. Scientifique ne croyant pas aux OVNIs, il finira par y croire suite aux nombreuses enquêtes auxquelles il participera. Une série télévisée "Projet Blue Book" retrace les investigations du professeur J. Allen Hynek et du capitaine Michael Quinn, docteur en astrophysique et un pilote décoré de l'US Air Force qui tentent d'expliquer scientifiquement les observations d'OVNI. Il est possible de lire le livre : Project Blue Book: The Top Secret UFO Files that Revealed a Government Cover-Up.



3. The Condon Committee : 1966-1968


Plus connu sous le nom de Projet UFO de l'Université du Colorado, le groupe de travail a été financé par l'US Air Force pour étudier les OVNIs sous la direction du physicien Edward Condon. En confiant les recherches à une univeristé, l'armée voulait prouver que les conclusions de l'enqête seraient impartiales. Le groupe a réexaminé les informations de certains cas du projet Blue Book et a publié en 1968 ses résultats sous le nom de "Scientific Study of Unidentified Flying Objects". Le rapport conclut que l'étude des 56 cas n'a pas apporté de preuves sur la réalité des OVNIs. Certains scientifiques ont remis en cause la méthodologie employée par le comité. La presse a publié des mémos du doyen de l'Université et d'Edward Condon mettant en doute la crédibilité des intentions réelles du comité. Le but du rapport aurait été de choisir la méthodologie scientifique permettant de nier l’existence des OVNIs et non de trouver la méthodologie la plus adaptée afin d'effectuer des recherches sérieuses sur le sujet. Les conclusions "scientifiques" du rapport aurait permis de mettre terme définitif aux recherches sur le sujet dans le monde scientifique. Le rapport Condon reste un document fondateur de l'approche sceptique du phénomène OVNI.




4. Project Ozma : 1960


Du nom de la princesse du pays d'Oz et à l'origine du programme SETI, Ozma a été la première tentative de détection de signaux qu'une intelligence extraterrestre, provenant d'une exoplanète, pourrait émettre. L'écoute du ciel s'est déroulée au National Radio Astronomy Observatory à Green Bank. Les recherches ont débuté le 8 avril 1960 et se sont terminées en juillet 1960. Les observations de cette expérience n'ont pas détecté de signal émis par une civilisation extraterrestre.



5. SETI :1970-1993


SETI désigne un groupe de chercheurs qui participent à la recherche d'intelligence extraterrestre. Le programme a été annulé en 1993 mais les recherches existent toujours de manière informelle dans les universités. Le Seti Institute a été fondé en 1984 et utilise des financements privés. En 2007, le Allen Telescope Array, qui se consacre aux observations de l'Institut SETI, a ouvert ses portes grâce au financement du co-fondateur de Microsoft, P. Allen. Il continue ses observations.


6. NASA Astrobiology Institute : 1998 à aujourd'hui


L'astrobiologie examine dans quelles circonstances la vie, de microbienne à intelligente, pourrait survenir. Le programme cherche à encourager les chercheurs à collaborer. Ces chercheurs tentent de répondre à des questions : La vie est-elle possible sur des lunes glacées ? Quel genre de microbes pourrait survivre aux conditions extrêmes de Mars ? Quelle est la zone habitable d'une étoile ? NAI est l'une des 6 branches du programme d'astrobiologie.


7. Advanced Aviation Threat Identification Program : 2007-2012


Le programme a suivi les rapports d'OVNIs, y compris des descriptions d'étranges activités aériennes que deux pilotes de la Marine ont dit avoir vues en 2004.

Luis Elizondo, l'ancien chef du programme, a déclaré à plusieurs médias que nous ne serions peut-être pas seuls. Le programme AATIP a officiellement été arrêté en 2012, mais le New York Times a révélé en décembre 2017 que le projet continuait d'exister. Cela a été confirmé en juin 2020 lorsque l'existence d'un programme militaire similaire, non classifiée mais jusqu'alors inconnue, a été officiellement reconnu par le Pentagone. Après la publication par le New York Times de 3 vidéos d'OVNIs filmés par des avions de chasse américains et les révélations du journal sur l'existence de programmes secrets traitant des OVNIs, le ministère américain de la défense alors mis sous pression par la presse et le Sénat, a du publiquement reconnaitre l'existence de ces programmes, d’authentifier les vidéos et d'admettre que leurs pilotes de chasses avaient déjà rencontré des OVNIs.




8. La CIA aussi enquête sur les OVNIs


La CIA a publié dès 1964 un rapport de près de 200 pages condensant les informations récoltées sur des OVNIs. Le rapport est librement consultable ici.

En 1967, l'agence de renseignements avait même publié une série de manuels à l'intention des photographes cherchant à prendre des clichés d'OVNIs. Le but de l'agence était d'obtenir les images les plus nettes possibles pour distinguer d'éventuels OVNIs des aéronefs militaires.

La CIA a publié des documents en 2016 concernant d'étranges rencontres d'OVNIs. Une rubrique entière de son site web est consacrée aux enquêtes d'OVNIs de l'agence entre 1949 et 1990.



9. L'UAPTF : L'officialisation d'un groupe d’enquête sur les OVNIS


L'Unidentified Aerial Phenomenon Task Force a été officiellement créé en 2020. Suite à la révélation au grand public par les médias de l'existence de l'AATIP, le Sénat a pris en partie le contrôle sur la recherche d'OVNIs en obligeant le Pentagon a rendre publique l'existence d'une cellule de recherche d'OVNIs et de rédiger des rapports sur l'avancement de leurs travaux. Ce groupe de recherche prend le nom d'Unidentified Aerial Phenomena Task Force (UAPTF). Elle est directement rattachée au bureau du renseignement naval de l'armée américaine sous la responsabilité de David Norquist, secrétaire adjoint à la défense (N°2 du Ministère) et a pour missions d'"harmoniser la collecte d'infos et les rapports sur les PAN, d'étudier leurs liens potentiels avec des gouvernements adversaires et les menaces qu'ils posent aux équipements et aux édifices de l'armée US". Un premier rapport de l'UAPTF doit être présenté tous les 180 jours. Le premier rapport devrait sortir vers février-mars 2021.


70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout