Ovnis en Sicile : Les scientifiques admettent la thèse extraterrestre

En 2004, le village de pécheurs de Canneto di Caronia en Sicile a connu de nombreux événements troublants : apparitions de boules lumineuses, objets qui prennent feu, plantations qui brulent, marques au sol... Face au danger, le village est évacué. Une équipe d'experts est envoyée sur place afin de trouver une réponse scientifique à ces évènements. Retour sur cette histoire étonnante et très bien documentée.



Des orbes lumineux et des incendies inexplicables


Boule lumineuse

En janvier 2004, à 4 heure du matin, un pécheur affirme avoir observé une boule de feu jaillir de l'océan avant de disparaître subitement. Ce témoignage sera confirmé ensuite par deux témoins qui ont pu observer du village le même phénomène. Les semaines suivant cette apparition, de nombreux câbles électriques prennent feu et plus de 200 appareils électroménagers

non branchés s’enflamment spontanément provoquant de nombreux incendies. La compagnie d'électricité pense alors à un défaut de fonctionnement sur le réseau. La décision est prise de couper l'alimentation en électricité du village. Mais quelques jours plus tard, alors que l'alimentation est toujours coupée, des objets prennent feu à nouveau. Les téléphones portables dysfonctionnent et les boitiers GPS des voitures fondent sur place.

Face à la pression de la presse, le gouvernement réagit


La presse débarque dans le village. Elle réussit même à filmer en direct des appareils électroménagers qui prennent feu alors que le courant est coupé. Inquiets pour leur sécurité, les habitants évacuent de leurs habitations tout objet fonctionnant à l’électricité. C'est alors que tous les objets en métal ou en plastique s’enflamment à leur tour. La police est envoyé pour enquêter sur le phénomène pendant que la protection civile et l'armée occupent le village. Face au risque d'incendie, les autorités prennent la décision, le 9 février 2004, d'évacuer le village de ses habitants et de placer la zone en quarantaine. Au total, le gouvernement italien recense plus de 400 incidents dans le village.




Afin de contrer la thèse extraterrestre, l'état envoie des scientifiques enquêter


Parallèlement aux incidents, certains habitants observent des boules lumineuses dans le ciel. Certains arriveront même à les photographier. Alors que l'hypothèse extraterrestre fait son apparition au sein de la population et des médias, le gouvernement décide de former une équipe composée des meilleurs experts du pays et d’Europe afin de trouver une explication rationnelle à ces événements.


Les scientifiques du Conseil national de la recherche, de l'Institut national de géophysique et des laboratoires de toute l'Europe enquêtent pour trouver une cause scientifique à ces feux spontanés. Après des analyses géologiques, géo-chimiques, sismologiques dû la présence toute proche du volcan Etna, il est conclu que tout lien entre l'activité volcanique et les phénomènes vécus à Canneto di Caronia est à écarter. Après de nombreuses autres analyses, le groupe scientifique conclut que les phénomènes inhabituels observés dans le village n'ont pas été provoqués par des causes naturelles mais que la présence inexplicable de champs électromagnétiques pourraient être le facteur déclencheur des incendies.


Se focalisant sur cette source électromagnétique anormale, les chercheurs décident d'étudier l'infrastructure technique du village (la voie ferrée, les câbles électriques, le réseau de télécommunications, les antennes radio et de télévision) dans un rayon de 5 kilomètres. L'enquête met hors de causes ces installations qui ne sont pas à l'origine de ces champs électromagnétiques. Le groupe de scientifiques finit par avouer son incapacité à expliquer la raison des incendies.



Les incendies continuent, une Task Force internationale est créée


Lors de la nuit 18 décembre 2005, dans le ferry Toscana reliant Palerme à Cagliari, un camion démarre tout seul déclenchant un incendie sur le navire. La catastrophe est évitée mais il s'en est fallu de peu. Le gouvernement Berlusconi décide de créer une task force composée de techniciens des carabiniers, de l'aéronautique, de la marine, d'experts de la protection civile et d'un chercheur de la NASA recruté directement aux États-Unis. L’enquête ne se limitera plus au seul village de Canneto di Caronia mais est élargie à 309 épisodes observés le long de la mer Tyrrhénienne et dans le canal de Sicile.

Les éléments troublants du rapport de la Task Force


Après plusieurs mois de travail, les enquêteurs rendent en 2008 un rapport confidentiel qui finira par fuiter dans le journal italien espresso.


Les champs électromagnétique

« Canneto di Caronia a été touché par des phénomènes électromagnétiques d'origine artificielle, capables de générer une grande puissance concentrée. Ces faisceaux de micro-ondes sont à ultra haute fréquence compris dans une gamme de 300 mégahertz à quelques gigahertz. Pour produire cette quantité d'énergie, une machine devrait atteindre une puissance comprise entre 12 et 15 gigawatts (l’équivalent de la production en électricité de 10 centrales nucléaires). Cependant, l'emplacement de la source n'est pas connu. Un réseau composé de dizaines de capteurs, depuis 2006, chasse le lieu d'où part ces impulsions électroniques venues de la mer, tâche quasi impossible puisque l'émission dure que quelques nanosecondes. »


Une empreinte géante retrouvée dans un champs

Une étrange et gigantesque empreinte de forme rectangulaire, de 40 mètres de long et 15 de large, a été retrouvée à quelques kilomètres de Caronia, dans un champ.


Une plante absorbe des rayons radioactifs

Plante brulées

Les experts ont découvert que dans certains champs qui avaient pris feu, toutes les espèces de plante avaient été épargnées sauf une, "l'Ampelodesmos mauritanicus". L'hypothèse d'une intervention humaine est donc à exclure. Les racines de centaines de ces plantes avaient été carbonisées en profondeur dans le sol. Le coordinateur régional du comité de la Protection civile sicilienne précise : "Seuls les buissons d'ampelodelmos, une plante feuillue qui aurait pu agir comme un récepteur d'ondes, étaient brûlés à intervalles réguliers. Les brûlures des racines étaient les mêmes que celles trouvées sur les fils électriques des maisons, avec les signes des flammes présentes dans une séquence dictée par des multiples de 4".

Des objets aperçus dans le ciel


Soucoupes volantes

Grace à des photos de boules lumineuses volantes prises par des témoins et d'autres indices, les scientifiques du groupe international interinstitutionnel ont pu développer des reconstitutions numériques des ovnis observés. Ces objets volants mobiles de petites tailles sont visibles de jour et deviennent lumineux la nuit. Cependant, il a été impossible de définir leur taille exacte et les matériaux qui les composent. Le Corriere della Sera Magazine publie en exclusivité une photo prise le 2 août 2004 depuis un bateau militaire naviguant devant l'île de Vulcano. On peut y voir deux objets volants qui ressemblent à des soucoupes. Le cliché a été analysé par des experts qui affirment que la photo n'a pas été truquée.

Hélicoptère suivi d'un objet


Un hélicoptère pris en chasse


En mars 2006, un habitant de Canneto apercevant un hélicoptère de la Protection Civile en détresse prend une photo. On peut apercevoir sur la photo, un objet volant poursuivant l'hélicoptère. Quelques minutes après avoir été photographié, l’hélicoptère qui enquêtait sur les OVNIs au dessus de la basse mer Tyrrhénienne doit se poser en urgence suite à une anomalie soudaine.







Les dégâts observés sur l'hélicoptère


Une fois l'engin posé au sol, le pilote observe des entailles sur trois des quatre pales de l'hélicoptère. Les pales semblent avoir été éraflées ce qui a provoqué un soulèvement de la peinture et du film de revêtement.

Couche de peinture soulevée

Les analyses du laboratoire ont exclu toute trace de matière organique dans les points touchés. Ainsi, il n'y a eu aucun contact avec des oiseaux ou d'autres objets. Mais l'enquête a permis de constater une variation de la conductivité électrique à l'intérieur des pales

Après de nombreuses recherches, le coordinateur régional du comité de la Protection civile déclare : « Dans le cas de l'hélicoptère accidenté, aucun cas similaire n'a jamais été recensé dans toute l'histoire de l'aviation aéronautique».


Pale d'hélicoptère attaquée

Les conclusions de l'enquête de la task force : « Tests militaires secrets ou expériences extraterrestres »


L'hypothèse extraterrestre est bien l'une des deux hypothèses retenues par le rapport confidentiel remis aux autorités italiennes. Le journal l'Espresso arrive à se procurer le rapport et en publie les conclusions :

« Des technologies militaires évoluées, éventuellement d’origine non terrestre, pourraient à l’avenir exposer des populations entières à des conséquences non désirées. Les incidents de Canneto di Caronia pourraient être des tentatives d’engagement militaire entre des forces non conventionnelles ou un test non agressif visant à l’étude des comportements et des réactions dans une zone faiblement habitée choisie au hasard. »

577 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout