Porto Rico : La vidéo de l'OVNI qui se scinde en deux

Dernière mise à jour : avr. 7

En 2013, un avion de la sécurité intérieure américaine filme un OVNI au dessus de l’aéroport de Porto Rico. L’objet effectue des manœuvres spectaculaires frôlant des obstacles avec précision à une vitesse importante. Se déplaçant aussi bien sous la mer que dans les airs, l’objet termine sa course en se scindant en deux. Retour et analyse sur une des vidéos les plus incroyables d'OVNI filmé.


La vidéo


Le 25 avril 2013 à 21 heures 20, un avion de la US Customs and Border Protection (Douane et garde-frontières) a suivi et filmé un OVNI au-dessus de l’aéroport Raphael Hernandez d'Aguadilla. La vidéo, qui dure plus de quatre minutes, a été prise grâce à un équipement d'imagerie thermique embarqué.


US Customs and Border Protection Bombardier DHC-8Q200 Avion
L'avion des douanes US qui a filmé l'OVNI

L’avion de type DHC-8 décolle pour un vol de routine lorsque l’équipage remarque au dessus de l’océan une lumière rose-rougeâtre approchant par le nord. Intrigués de ne pas en être informés par la tour de contrôle, les douaniers contactent l’aéroport pour les prévenir de l’arrivée de l’objet. La tour les informe qu'elle a également un visuel sur l'objet, mais n'est pas sûre de son identité.


La lumière rosâtre s’éteint et laisse apparaître une sorte de sphère. L’objet se déplace rapidement à basse altitude effectuant des manœuvres dangereuses mais controlées au-dessus de bâtiments et à travers les arbres. Il survole la piste d’atterrissage de l’aéroport avant de faire demi-tour vers le nord pour se diriger vers l'océan. L’objet pénètre et ressort de l’eau plusieurs fois sans ralentir avant de se scinder en deux.


Cette vidéo a été révélée par une association spécialisée dans l’étude des OVNIs : la Scientific Coalition for Ufology. La SCU a analysé la vidéo et émis un rapport d’analyse très complet de 161 pages rédigé par six scientifiques et qui a nécessité deux ans d’enquête. La SCU affirme que la vidéo leur a été confié par un des membre de l’équipage et que d’autres témoins sont venus leur confirmer l’observation : "La source de cette preuve vidéo a été vérifiée et identifiée. Nous sommes certains que la vidéo est authentique ».




Le rapport de la SCU détaille 8 éléments troublants :


1. L’objet a bien été repéré par le radar de l’aéroport

Grâce à la loi sur la liberté de l'information (FOI), l’organisation a pu obtenir l’enregistrement radar qui confirme la présence d’un objet survolant l’aéroport quelques minutes avant l’heure indiquée sur la vidéo. En récupérant les registres de vol de l’aéroport, la SCU a pu démontrer que la présence de l’objet a obligé la tour de contrôle, pour des raisons évidentes de sécurité, à retarder un vol FedEx qui devait décoller.


2. Une vitesse rapide

L'objet mesure entre 1 et 2 mètres de long. Il se déplace à une vitesse minimum de 60 km/h et maximum de 200 km/h. Sa vitesse médiane est de 130 km/h.




3. C’est bien un objet

L’objet est bien une masse et non un hologramme. Il est trop froid pour posséder un moteur et trop chaud pour être un ballon ou un sac plastique. L’objet se déplace plus rapidement que le vent mesuré ce jour là, ce qui démontre que ce n’est pas un objet qui est poussé par le vent.


4. Un système de propulsion inconnu

La chaleur émise provient d’une zone qui n’est pas liée à la direction de l’engin comme pour les systèmes de propulsion classiques : «Ce qui élimine la plupart des systèmes de propulsion connus sur Terre».


5. Un objet intelligent/contrôlé

L’objet arrive de l'océan, au nord ou au nord-ouest de l'aéroport, se déplace à très basse altitude à une vitesse de 120 km/h en effectuant des manœuvres contrôlées et frôlant des obstacles avec précision. Il survole des arbres, des bâtiments puis la piste d’atterrissage. L’objet est animé par intermittence d’un mouvement de rotation sur lui-même. A la fin de son parcours l’objet fait demi-tour vers le nord et se dirige vers l’océan qu’il pénètre avant d’en ressortir pour se scinder en deux.


6. Un déplacement multi-élément

L’objet peut passer de l’air à l’eau sans varier sa vitesse. L'OVNI se déplace à 120 km/h aussi bien sous la mer que dans les airs. Le frottement des différents éléments n’a aucune incidence sur le déplacement de l’objet.



7. L’objet se divise

L’objet termine sa course au dessus de l’océan en se scindant en deux parties distinctes qui présentent les mêmes caractéristiques de chaleur, de vitesse et de forme. Les scientifiques ont écarté la possibilité qu’un second objet se soit joint au premier.


8. Hypothèse rationnelle

Drone flimmer
Un drone Flimmer

L’explication la plus crédible serait un test naval secret d'un drone « flimmer ». Ce drone de l’armée américaine peut voler et plonger sous l’eau. Ce drone a une vitesse maximale de 90 km/h et serait inimaginable qu’un test militaire soit effectué au dessus de zones civiles à proximité d'un aéroport. De plus, sa forme ne ressemble en rien avec l’objet de la vidéo.


Le rapport conclut : « Il n'y a aucune explication qui justifierait qu’un objet vole à une grande vitesse à travers une zone résidentielle sans feux de navigation. Comment un objet peut-il passer d’une vitesse de vol de 200 à 150 km/h sous l’eau sans impact lors de son entrée dans l’océan pour ensuite se diviser en deux objets distincts? Aucune technologie connue ne peut expliquer que l’engin se divise en deux. Aucun oiseau, aucun ballon, aucun avion et aucun drone connu n'a ces capacités. L'OVNI présente des caractéristiques qui ne peuvent être expliquées par aucun avion connu ou phénomène naturel. »


984 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout