Un match de foot interrompu par un OVNI

En 1954, un match de football du championnat italien a dû être interrompu pour cause de présence...d'OVNIs. Témoignages, explications, polémiques, retour sur cet événement qui avait fait à l'époque la Une de la presse.


10 000 supporters présents pour ce derby


Le stade de Florence Artemio Franchi

A Florence, dans le quartier de Compo di Marte se trouve le stade de la Fiorentina : Artemio Franchi. Le 27 octobre 1954, la viola, l'équipe de football de la Florence affronte une équipe de la ville voisine de Pistoiese. 10 000 supporters sont présents dans les tribunes du stade. Ce match est un petit derby avec une forte rivalité. Le score est de 2 partout à la mi-temps. A la reprise du match, le public commence à s'agiter. Le stade devient silencieux puis un murmure commence à émerger des tribunes. Les joueurs interloqués, regardent les spectateurs qui ont tous les yeux rivés vers le ciel. Les joueurs arrêtent de jouer et regardent à leur tour dans le ciel. Le ballon sort des limites du terrain, l'arbitre interrompt donc le match. Le public, les joueurs, les arbitres et le staff des deux équipes ont tous le regard attiré vers le sommet de la tour du stade. Ils observent des choses dans le ciel qui semblent se rapprocher. 15-20 boules lumineuses et cigares incandescents arrivés en zigzagant par le nord se sont arrêtés nets au dessus du stade. Les objets disparaissent progressivement laissant derrière eux une sorte de toile d’araignée de neige qui tombera sur la ville durant une demi-heure. Cette toile rapidement surnommée par les journalistes locaux de « cheveux d'anges » se désintègrent au bout de quelques instants rendant impossible toute analyse scientifique.

La presse enquête sur ces OVNIs


Cependant, un journaliste chevronné enquête pour découvrir la vérité. Giorgio Batini est journaliste au journal florentin La Nazione. Interpellé par de nombreux habitants qui contactent le journal pour rapporter ce qu'ils voient, le journaliste décide de monter sur le toit du bâtiment du journal et observe des "boules brillantes" se déplaçant rapidement vers le dôme de la cathédrale. Il est appelé par des témoins dans un bois à l'extérieur de la ville. Il y trouve au sol des peluches blanches qu'il enroule sur une allumette afin de les confier à l'Institut d'analyse chimique de l'Université de Florence. Le professeur Giovanni Canneri effectue une analyse spectrographique qui révèle la présence de bore, de silicium, de calcium et de magnésium non radioactif dans ces mystérieuses peluches.


Les témoins racontent


La légende du club de la Fiorentina, Ardico Magnini témoigne à la BBC : "Je me souviens de tout de A à Z. C'était quelque chose qui ressemblait à un œuf qui se déplaçait lentement, lentement, lentement. Tout le monde regardait vers le haut et il y avait aussi des paillettes qui descendaient du ciel, des paillettes argentées. Nous avons été étonnés de n'avoir jamais rien vu de tel auparavant. Nous avons été absolument choqués."


Illustarion de l'observation

Gigi Boni, un spectateur fidèle du stade complète le témoignage du joueur international italien : "Je me souviens clairement avoir vu ce spectacle incroyable. Ils se déplaçaient très vite et puis ils se sont juste arrêtés. Tout a duré quelques minutes. J'aimerais les décrire comme étant comme des cigares cubains. Ils m'ont juste rappelé les cigares cubains, de par leur apparence. Je pense qu'ils étaient extra-terrestres. C'est ce que je crois, et il n'y a pas d'autre explication que je puisse me donner."

Romolo Tuci, un autre joueur présent sur la pelouse ce jour là confirme la thèse extra-terrestre : "Au cours de ces années, tout le monde parlait d'extraterrestres, tout le monde parlait d'ovnis et nous avons eu l'expérience, nous les avons vus, nous les avons vus directement, pour de vrai."

Explications rationnelles


Un physicien de l'observatoire de Florence évoque une hallucination collective. L'hypothèse est vite écartée dû aux autres observations d'OVNIs dans de nombreuses villes de Toscane ce jour-là et au cours des jours qui ont suivi. L'Italie étant un membre de l'OTAN, la possibilité que cette neige soit une expérience effectuée par la base américaine toute proche est mis en avant.

Cette « neige d'araignée » ressemble étrangement à un matériau anti-radar utilisé par l'armée américaine. Une explication naturelle concerne la migration des araignées. Les jeunes tarentules ont l'habitude de tisser des toiles très fines afin de s'en servir comme voiles. Liées ensemble, ces toiles forment un gros globe dans le ciel. Les araignées montent dessus afin de se déplacer grâce au vent. Avec la réflexion de la lumière du soleil , chacun peut y voir la forme qu'il souhaite. Les détracteurs rétorquent que la soie d'araignée est une protéine contenant de l'azote, du calcium, de l'hydrogène et de l'oxygène et non les éléments identifiés dans les échantillons analysés par l'Institut d'analyse chimique de l'Université de Florence.

Cette observation collective a fait beaucoup parler dans la presse locale et nationale. Puis, petit à petit, l'affaire s'est dissipée sans que les 10 000 spectateurs de ce match de foot ne sachent ce qu'ils ont vu ce jour là. Mais pour l'histoire du foot, la Fiorentina reste la seule équipe du monde a avoir dû interrompre un match à cause de la présence d'OVNIs. Le rapport officiel de l'arbitre est formel : L'arrêt du match durant 10 minutes fait suite à l'apparition d'OVNIs dans le ciel.



656 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout